Retour (tardif) sur le mois d’Octobre!

 

Placé sous le signe du cancer du sein, le mois d’octobre a été riche pour moi, en rencontre, en sensibilisation et témoignages de tout genre.

Durant ce mois, j’ai assisté à des conférences et des échanges autour du cancer du sein. L’idée de mettre cette cause en lumière durant tout un mois me semble très intéressant et légitime! Il permet de mettre sous les projecteurs ce mal qui ne dit pas son nom et qui nous arrache chaque année des milliers de vie. Ce monstre qui tue en silence et qui prend possession du corps des gens sans crier gare!

Ce monstre, ne mérite pas toute cette lumière, tous ces projecteurs braqués sur lui… Mais obligé de diminuer le nombre de ses victimes, nous en parlerons!

Nous en parlerons jusqu’à ce que le nombre de victimes baisse,

Nous en parlerons jusqu’à ce que la cause de ce mal soit enfin trouvée,

Nous en parlerons jusqu’a ce qu’un jour un vaccin préventif soit inventé et sauve des vies.

 

Une conférence m’a particulièrement marquée, celle du témoignage d’une célèbre journaliste ivoirienne, Agnès Kraidy. Nous avons eu droit à un discours poignant, plein d’émotion mais surtout plein d’espoir. Le mal est là mais nous ne nous laisserons pas déstabiliser par lui!  

Son combat, la journaliste nous le livre à travers un ouvrage intitulé « TU ME FOUS LES BOULES! » (écrit en grande lettre rouge) comme pour dire stop! ( Aux éditions Frat Mat – Côte d’Ivoire)

J’ai été transportée par la puissance que ses mots peuvent procurer. J’ai été touchée par ce témoignage mais surtout par la force de l’auteur qui grâce à son entourage et à sa force de caractère continue de se battre.

Ecrit à la première personne, l’auteur s’adresse à cet étranger qui a pris « possession de son corps » avec courage :

« Oui, tu me diras que je parle. (…) Que je suis un peu trop sur de moi. Tu aimerais que je sois comme ces personnes qui ont peur de toi et de ta capacité de nuire. (…) Mais moi, tu ne me terrifies pas. Non! Je ne me tais pas. »

Un combat mené de front, et des guerrières en première ligne.

« Tu as décidé de me pourrir la vie. Tu peux compter sur moi pour te pourrir la tienne. Je crois que tu n’as pas idée de chez qui tu es. »

 

Un combat que chaque femme doit mener, en sensibilisant les personnes autour d’elles, afin que chacune de nous  pratique régulièrement l’auto palpation.

 

Le cancer du sein touche les femmes en majorité mais n’oublions pas que nos hommes sont aussi concernés avec une moyenne de 2%.

 

La lutte continue …

signature_shai

Laisser un commentaire

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.

%d blogueurs aiment cette page :